Concept de la mondialisation


Selon Thurow (2003, p.2), «La mondialisation a de nombreuses significations différentes pour différentes personnes".

Hobsbawm (2000, p. 75) présente la vision suivante de la mondialisation:

«... La mondialisation implique un accès plus large, mais non équivalent pour tous, même dans votre démarche, théorie plus avancée. De la même manière, ressources naturelles sont inégalement. Pour tout cela, Je pense que le problème de la mondialisation sont tendues, dans leur aspiration à assurer l’égalité d’accès, aux produits et services dans un monde bien sûr marquée par l’inégalité et de la diversité. Il existe une tension entre ces deux concepts de base. Nous essayons de trouver qu'un dénominateur commun est accessible à tous les peuples du monde, afin d’obtenir les choses qui naturellement ne sont pas accessibles à tous. Le dénominateur commun est l’argent, à savoir, autre concept abstrait ».

Un autre placement, de Naomi (2003, p.15), définit la mondialisation, ou de la mondialisation, terme utilisé par les Français, comme étant «caractérisé par sa multidimensionnalité, En ce qui concerne, apparemment, la taille des échanges de biens et services, mais aussi, la mobilité de la production de biens et services et le mouvement du capital financier ".

Convient commenter une parenthèse de Naomi (2003), qui a dit que les historiens Braudel et Wallerstein montrent que l’économie « mondiale » est la naissance du capitalisme depuis le XIVe siècle.

Déjà Chesnais (1996) commentaires que l’utilisation de l’adjectif « globale » a commencé au début du 80, Écoles de commerce américaines, et qui a été popularisé par les conseillers en marketing et stratégie, formés dans ces écoles, ou entrer en contact avec eux.

Dans une position diamétralement opposée, Passet (2003) définit la mondialisation, suivant le sens du dictionnaire Larousse, comme le fait de devenir II, modifiée et complétée par la définition du Robert, un autre dictionnaire, comme le fait de devenir II, pour diffuser dans le monde entier.

Compléments, toujours, avec la définition du terme « mondialisation » qui, Selon Larousse, est la doctrine qui vise à réaliser l’unité politique du monde comme une communauté humaine seulement et, complétée par Robert, comme l’universalisme afin d’établir l’unité de la communauté humaine. Il, toujours, commentaires que la mondialisation, sous son aspect économique, avait son « inauguration » le 80, de l’époque Reagan-Thatcher, caractérisé par le fait que les grandes sociétés transnationales de s’organiser et de développer leurs réseaux mondiaux.

Bientôt, pour Passet (2003, p. 24), « le mondialisme, à son tour, C’est une option idéologique d’axée sur les valeurs socio-culturelles, une conception de la vie et le monde, et pas une loi naturelle et immuable », à savoir, se positionnant comme déterminants pour le modèle économique de la mondialisation néolibérale.

Fontes:
CHESNAIS, François. La mondialisation du Capital. São Paulo: Chaman, 1996.
HOBSBAWM, Eric J. Le nouveau siècle: Interview de António Políto. São Paulo: La compagnie paroles, 2000.
MICHALET, Charles-Albert. Ce qui est de la mondialisation? São Paulo: Edições Loyola, 2003.
PASSET, René. À la louange de la mondialisation. Rio de Janeiro: Compte rendu, 2003.
THUROW, Lester C. Fortune favorise le "BOLD". New York: HarperCollins Publishers, 2003.